Achetez, vendez et échangez vos cryptoactifs avec 16 devises fiat

Découvrir SwissBorg
Précédent
powvsposarticle

Proof of Work vs Proof of Stake

Preuve de travail ? Preuve d'enjeu ? Preuve de quoi ?

Si ces mots ne signifient pas grand-chose pour vous, alors vous êtes sur la bonne page car aujourd'hui, nous allons approfondir ce sujet et clarifier les choses pour vous.

Tout système centralisé (disons une base de données) a son centre, comme son nom l'indique. Dans le cas où ses données nécessitent une mise à jour, celles-ci ne peuvent être effectuées que par une autorité centrale qui reste la seule entité chargée de maintenir un enregistrement authentique.

La blockchain est un système décentralisé, ce qui signifie qu'il n'y a pas de centre, pas d'autorités. Cela signifie-t-il que n'importe qui peut ajouter, supprimer ou mettre à jour les données d'une blockchain à sa guise ? Bien sûr que non. De cette façon, n'importe qui pourrait ajouter une quantité souhaitée de Bitcoin à son portefeuille, rendant le système moins fiable et donc sans valeur. Un système décentralisé solide et sécurisé doit disposer d'un moyen de prouver les données. Et au lieu d'en confier la responsabilité à une autorité centrale, la blockchain crée un accord entre tous ses utilisateurs. Cet accord peut être obtenu avec des mécanismes de consensus.

La preuve de travail (Proof of Work, PoW) et la preuve d'enjeu (Proof of Stake, PoS) sont des exemples de mécanismes de consensus qui fonctionnent selon des principes différents.

Introduction: Proof of Work et Proof of Stake

La preuve de travail (PoW) est un algorithme de consensus commun utilisé par les réseaux de cryptomonnaie les plus populaires comme Bitcoin et Litecoin. Fondamentalement, la preuve de travail vous oblige à installer une copie de l'intégralité de la blockchain sur une machine locale. À chaque nouvelle transaction, la blockchain compare les données de chaque machine et la transaction sera approuvée si les données correspondent dans 51% des cas. Cela demande beaucoup de calculs, de puissance de calcul et d'électricité (autrement dit, cela demande beaucoup de travail) c'est pourquoi on l'appelle Proof of Work.

La preuve d'enjeu (PoS) est un autre algorithme de consensus commun, mais au lieu d'utiliser la puissance des machines de mining, elle utilise les pièces (coins) des utilisateurs stakées dans des portefeuilles gelés pour vérifier les transactions. Dans la PoW, plus vous possédez de puissance de calcul, plus vous avez d'avantages dans le mining, tandis que dans la PoS, la probabilité de miner un cryptoactif dépend de la part de pièces (enjeu ou "stake") que vous avez. Par exemple, quelqu'un qui possède 5% de toutes les pièces créera environ 5% de nouveaux blocs.

Entrons maintenant dans les détails et comparons ces deux mécanismes de consensus.

  

Histoire de la preuve de travail

Au début des années 90, les employés du département de recherche d'IBM Cynthia Dwkwwork et Moni Naor ont partagé l'idée d'un nouvel algorithme de courriel anti-spam connu sous le nom de preuve de travail. Un peu plus tard, en 1997, Adam Beck a créé un système de travail basé sur cette idée de son projet de lutte contre le spam Hashcash. À l'époque, ce projet a utilisé les mêmes méthodes de cryptographie qui sont désormais utilisées dans la technologie Blockchain et Satoshi Nakamoto a ensuite évoqué le travail de Beck tout en travaillant sur son propre projet.

Voilà comment cela fonctionne. Le minage (ou "mining") est le processus de créer de nouveaux blocs de transaction et de les ajouter à la blockchain. Le mécanisme de consensus PoW a son propre ensemble de règles qui vérifient que le processus de mining est correct. La tâche d'un mineur est de trouver un nouveau bloc pour la blockchain, ce qui nécessite beaucoup de puissance informatique. Le premier mineur qui trouve la solution correcte reçoit en récompense des pièces nouvellement générées. Mais la complexité du réseau change toujours et s'adapte, et elle nécessite encore plus de puissance informatique au fil du temps. C'est pourquoi les mineurs travaillent ensemble dans des pools ou construisent de grandes infrastructures de minage afin d'augmenter leur capacité informatique. Plus vous avez de puissance informatique, plus vous trouverez la bonne solution en premier.

Mais ici est l'inconvénient. Avec chaque nouvel ordinateur ajouté au réseau, le système devient plus complexe et nécessite plus de calculs. Avec chaque nouveau matériel ajouté pour augmenter les calculs, la consommation d'énergie augmente. Les coûts énergétiques du minage dans les plus grandes blockchains sont comparables à la consommation d'énergie de certains pays. Donc, il y a constamment besoin d'acheter de nouveaux équipements et de consommer plus d'électricité afin d'être un mineur de succès.

Origine de la preuve d'enjeu

Comme la preuve de travail, l'idée de la preuve d'enjeu a ses origines dans les années 90. Wei Dai a apporté l'idée de la politique monétaire à son projet B-Money. Satoshi Nakamoto a ensuite utilisé certains des développements de Dai lorsqu'ils travaillent sur Bitcoin.

En 2011 un utilisateur de bitcointalk.org avec le surnom Quantumechanic a publié la description de l'algorithme PoS. Un an plus tard, le réseau de cryptomonnaie Peercoin a été lancé et a travaillé sur cet algorithme.

La différence clé entre la preuve de travail et la preuve d'enjeu est le principe de créer un nouveau bloc dans la blockchain. Dans la PoW, la génération d'un nouveau bloc repose fortement sur la puissance informatique, tandis que dans la PoS, cela dépend du nombre de coins que l'utilisateur possède. Comme cela a été dit plus tôt, une personne qui possède 5% de toutes les pièces disponibles créera environ 5% des nouveaux blocs. Cette méthode de miner des cryptoactifs est appelée "forging" ou "minting". Une redevance est perçue pour la prestation du service de verrouillage des tokens.

Au cours des dernières années, le staking de cryptos est devenu beaucoup plus populaire, car il est plus facile que d'acheter du matériel coûteux pour résoudre des calculs mathématiques complexes, comme cela est nécessaire dans la PoW. En 2020, Tezos est devenu le réseau de staking le plus important selon Staking Rewards. Puis Coinbase a annoncé que les utilisateurs peuvent staker leurs tokens Cosmos (ATOM). Même Ethereum, l'un des cryptoactifs les plus populaires, est passé de la preuve de travail à la preuve d'enjeu après la "Merge" tant attendue.

Le staking de tokens afin de valider les transactions des protocoles PoS est devenu l'une des principales formes de revenu passif.

La PoS résout certains problèmes de la PoW

C'est un fait. Par exemple, un réseau basé sur la preuve d'enjeu ne consomme pas autant d'énergie, car il ne nécessite pas d'énorme puissance de calcul. Avec un algorithme PoW, il y a la possibilité d'une "attaque de 51%". Cela signifie que quiconque possède plus de 50% du taux de hachage de minage du réseau peut interrompre l'enregistrement de nouveaux blocs en empêchant les autres mineurs de compléter des blocs. Cela est possible aux premiers stades de l'existence de tout cryptoactif avec le mécanisme de PoW, mais ce n'est pas possible avec la PoS, car l'attaquant doit posséder plus de la moitié de toutes les pièces de monnaie. Mais même si quelqu'un a 51% de toutes les pièces de monnaie, cela en fait le plus important participant du réseau et le moins intéressé par la chute du taux de change.

En outre, le staking est un point d'entrée beaucoup plus facile dans l'écosystème crypto pour les utilisateurs. Au lieu d'acheter des tonnes de matériel coûteux et de rechercher le pays avec le prix de l'électricité le moins cher, les utilisateurs peuvent simplement staker leurs pièces dans un portefeuille dédié pendant un certain temps.

L'application SwissBorg et le staking

Grâce au développement du programme SwissBorg Earn, le staking est devenu accessible à tout investisseur particulier. Contrairement au staking PoS classique, dans lequel les tokens des parties prenantes sont gelés pendant une période pour valider les transactions effectuées sur le réseau, les utilisateurs de l'application peuvent profiter d'une approche plus flexible du staking, le staking liquide. Le staking liquide est l'acte de déléguer vos tokens à un service qui les met en stake pour vous sans perdre l'accès à vos fonds. Le staking liquide vous permet d'accéder à vos fonds même lorsque vous les stakez. Les fonds ne sont pas "verrouillés" et inaccessibles, comme ils le seraient avec le staking PoS.

Le staking comporte toutefois certains risques :

  • Slashing : Le slashing est le fait pour votre validateur/backer d'être puni pour une faute qu'il a commise ; c'est un mécanisme par lequel le réseau dissuade les comportements anormaux. Les pénalités dépendent du type de faute et des paramètres du protocole. La plupart du temps, le validateur/backer est puni d'un certain pourcentage des tokens qu'il possède sous staking ou dans un dépôt de sécurité.
  • La volatilité des cryptomonnaies : Le risque le plus dangereux dans le staking est probablement la volatilité. En fait, gagner un dividende en crypto sur votre staking peut sembler agréable et être très rentable si le marché est en phase de hausse. D'un autre côté, la récompense du staking pourrait ne pas couvrir la perte due à la baisse des prix.
  • Période de blocage : Certains protocoles de staking peuvent exiger une période de verrouillage pour le staking. Cela signifie que vous acceptez de garder vos positions pendant une période minimale avant de pouvoir les déstocker et les vendre (ou toute récompense gagnée).

Grâce aux partenariats clés de SwissBorg avec les meilleurs protocoles de staking, le staking liquide est maintenant disponible pour tous les utilisateurs de l'application. Comme toujours, nous vous conseillons de faire vos propres recherches et de comprendre les risques sous-jacents.

Conclusion

Nous avons appris que:

  • ‍La blockchain est un système décentralisé qui utilise des mécanismes de consensus pour valider les transactions.
  • Proof of Work est un algorithme de consensus commun qui se base sur la puissance de calcul et de calculs mathématiques complexes.
  • Proof of Stake est un autre mécanisme de consensus qui utilise le nombre de pièces pour valider les transactions et générer de nouveaux blocs; les tokens sont bloqués pendant un certain temps.
  • Le Staking liquide est le fait de déléguer vos tokens à un service qui les met en stake pour vous sans perdre l'accès à vos fonds et sans période de blocage, c'est-à-dire que les fonds sont remboursables à tout moment.

Grâce à SwissBorg Earn, vous pouvez désormais avoir accès au staking liquide et faire fructifier vos cryptomonnaies !

Découvrez SwissBorg